La Cordée P&C

https://www.facebook.com/groups/pierreetcharles/
La Cordée Pierre et Charles propose aux jeunes de goûter aux joies pures de la montagne, attirés par le Christ premier de cordée!
A la suite de Pierre et Charles, nos amis morts en montagne, nous souhaitons vous emmener sur les cimes, dans la joie, la simplicité et l’amitié. 
Pour suivre les événements de la Cordée, rejoignez la sur fb =>

 Premiere Cordée 4-5 Juillet 2015: Dômes de Miage for Hopefulness !


Le WE du 4 et 5 juillet une trentaine d’amis de Pierre & Charles venu d’horizons différents s'est retrouvée pour une rando/pèlerinage sur

les traces de Pierre & Charles. 
Pour préparer cette aventure, une chaine de prière avait été lancée par eux en partenariat avec le site de prière Hozana!

Le père Gaspard Crapelet les accompagnait et a célébré une messe au sommet. 

Les jeunes ont eu aussi la joie de voir le pére Daniel-Ange venu pour les bénir sur les premiers pas du départ! 


...Quelques témoignages en retour:






Redescendre dans la vallée pour témoigner…



La vue au sommet nous as coupé le souffle, c'était pour tout le monde la première fois que nous montions sur ce sommet avec un temps aussi clément qui nous permettait d'admirer à la fois le mont-blanc, le Beaufortin, les écrins, les Aravis la Vanoise et l’Italie!


.. pouvoir assister à l'Eucharistie à 3425m , face au glacier d'Armencette, lieu de chute de Pierre et Charles, fut d'une émotion intense mais source d'immense joie et de paix de les savoir plus proche de nous. 
Mais il a fallu quitter ce sommet pour entamer la descente… Grâce à l’exemple que Pierre et Charles nous ont donné nous allons pouvoir vivre notre foi sur les cimes enneigées et ensuite redescendre dans la vallée pour témoigner… 
Et je vous joint la neuvaine que vous pouvez bien évidement continuer de prier ! 



Un ami de Pierre, organisateur du WE








Pierre et Charles cherchent à rayonner plus loin que ceux qui les ont connu.

Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer Pierre et Charles, je suis venu pour partager ce moment avec des cousins et des amis, proches des jumeaux. Je les ai rencontrés un peu plus par les fruits qu’ils ont portés dans les cœurs. Ma crainte de ne pas être à ma place a vite été apaisée par l’accueil de leurs amis.

J’ai été marquée par la profondeur et la joie des sourires et des regards de leurs amis originaire d’un peu partout. Nous nous retrouvions autour de ses frères dans cette montagne qu’ils aimaient tant pour gravir ensemble des hauteurs inexplorées pour beaucoup d’entre nous. N’étant plus physiquement avec nous mais présent par la joie de chacun, il nous donnaient de grands et beaux désirs.lls nous ont appris à nous émerveiller devant la beauté de la montagne nous regroupant pour célébrer Dieu par nos prières et nos amitiés fleurissantes s’ancrant le rock de ses montagnes de plus en plus blanches.

Partir ensemble avant le lever du jour pour aller célébrer la messe au sommet, dans le silence de la nuit et dans la lumière grandissante au fil de l’ascension fut pour moi un moment fort de la randonnée. Après la messe j’étais heureuse de redescendre partager cette joie est cette espérance autour de moi, découvertes dans la prière des cœurs joyeux et paisibles de ses amis. Je crois que Pierre et Charles cherchent à rayonner plus loin que ceux qui les ont connu. Je ne les ai pas rencontré pourtant ils sont des grands frères dans la foi et m’aide à la vivre joyeusement au quotidien !

Une participante au WE de la Bérangère- 4-5 juillet 2015

"Pierre et Charles, la montagne, Dieu: Ce brelan gagnant d’une grosse mise!"

Le WE aurait pu être bien triste, et pourtant, je n’y ai vu que des visages heureux, les yeux moins plissés et les joues moins rougies par le
soleil que par les regards complices et l’émotion de chacun. La randonnée était ponctuée des célébrations du jour, qui, dans le cadre
grandiose, rendaient à la marche toute sa signification.

Au départ proches ou moins proches de Pierre et Charles, de la montagne ou de Dieu, comment à l’arrivée ne pas tous se sentir en cœur à cœur avec les jumeaux, dont les pas avaient juste précédés les nôtres, dans l’émerveillement devant la beauté de la nature, et à travers Dieu Tout Puissant que nous priions? Quoi qu’il en soit, la montée a aussi rapproché les amis, et c’est selon ce que beaucoup dirent, so PierreEtCharles-like. 
Nous n’avons pas célébré la mort mais bien la vie, la Vie. 
Nous avons pu rendre grâce pour le chemin qu’ils nous ont tracé. “Car je vous ai donné un exemple afin que vous fassiez comme je vous ai fait” (Je XIII 15). Du passé des jumeaux, je regrette n’avoir que trop peu connu, mais dans l’avenir je vois déjà les fruits; L’aventure ne s’arrête pas à cette montée, c’est au contraire le début de bien des ascensions. 

Verso l’alto ! 

Une participante du WE 

Guidés par la foi, la simplicité, l’amour de la montagne et la joie ! 

Je ne connaissais pas Pierre et Charles mais j’ai été très touché par leurs histoires et par ce qu’ils transmettent encore aujourd’hui. La spiritualité, la joie et le plaisir de partager ensemble de merveilleux moments dans un cadre magnifique était au cœur de ce week-end en Chartreuse.

Bien que n’ayant pas connu Pierre et Charles j’ai pu être témoin, grâce à ces week-ends de leur joie de vivre et de leur rayonnement. J’aurais beaucoup apprécié connaître ses deux frères guidés par la foi, la simplicité, l’amour de la montagne et la joie de vivre parmi leurs familles et leurs amis. Je les remercie pour ce qu’ils nous transmettent aujourd’hui et pour l’exemple qu’il donne à chacun de nous.

Chacune des messes célébrées sur les sommets atteints ont été des moments forts de ce week-end.. Ces moments de spiritualité partagés entre amis avec de superbes paysages et la présence de Pierre et Charles ont pour moi été des moments privilégiés pour faire grandir ma foi … que Pierre et Charles puissent toujours être source d’inspiration pour chacun de nous !

Un jeune, retour d’un WE en Grande Chartreuse

Nul doute que Pierre et Charles sont présents à chacun de ces week-ends !

Nous voilà partis après une courte nuit pour le début de l’ascension qui nous mènera au Granier. Je pense alors que j’ai beaucoup de chance de participer à ce week-end qui s’annonce riche par la beauté du cadre qui nous entoure, par la présence d’amis que j’y retrouve et de nouveaux visages souriants et par le cadeau que nous fait le Père Crapelet de nous accompagner, tout cela à la suite de Pierre et Charles ! 

Quel bonheur aussi de savoir que je vais enfin prendre le temps ce week-end de faire le point sur ma vie quotidienne et les moments plus durs que j’ai traversé ces derniers mois en étant assuré de la présence de Dieu et de l’aide de Pierre et Charles pour discerner et prendre les décisions adaptées.


Effectivement, ce week-end a été un véritable ressourcement, un moment béni : les paysages magnifiques, les moments spirituels simples et forts, les rencontres joyeuses : tous poussait à rendre gloire à Dieu ! J’en suis ressortie apaisée et fortifiée : une vraie grâce ! Nul doute que Pierre et Charles sont présents à chacun de ces week-ends et dans nos vies quotidiennes, guides sûrs qui nous mènent verso l’alto !

Une jeune, retour d’un WE en Grande Chartreuse

 Les pas sûrs de Pierre et Charles...

Voici un petit témoignage de notre ascension, ce week-end, près des Dômes de Miage. Je me souviendrai longtemps de ce que j'y ai vécu : une belle expérience physique, humaine et spirituelle, dans les pas sûrs de Pierre et Charles!


L'encre sèche devant les merveilles de Dieu : comment mettre en mot des splendeurs si intenses ? Pierre et Charles nous ont tirés derrière eux vers les Dômes de Miage, à travers une montagne rayonnante. S'ils ont pu ainsi nous élever à 3400 m d'altitude, ce n'est pourtant qu'une partie minime de leurs exploits. 
J'avais peur de la montagne, de l'effort exigeant qu'elle demande. J'ai découvert un chemin bien plus large que ce que j'imaginais. 
L'amitié qui nous liait sur les cimes, en ce week-end de marche et de prière, était plus solide que nos cordages. Elle nous gardait de dangers bien plus grands que la chute physique. 
Pierre et Charles étaient dans nos paroles, dans nos gestes, dans notre joie. Ils ouvraient et fermaient la marche avec bienveillance. Quand l'effort était trop dur, c'est l'amitié qui nous poussait plus loin, amitié vaste issue du grand Amour pour lequel ils se sont engagés. 
L'ascension physique traduisait à merveille l'alpinisme spirituel que nous avons vécu, et qui n'est qu'un début. Beaucoup d'entre nous ont la volonté d'avancer verso l'alto. Maintenant que Pierre et Charles sont dans les secrets de Dieu, puissent-ils nous attirer chaque jour un peu plus haut, comme ils le font déjà si bien. 
Frères. Ce mot sonne comme une évidence pour moi : le lien qui nous unit est fort et simple, tout fraternel. Pour toutes ces beautés auxquelles vous nous éveillez : merci, mes frères !
 

«Pierre & Charles... pour nous guider sur les pentes de la Miséricorde»

Je n’ai connu ni Pierre ni Charles mais je suis allé au week-end du Grand Paradis grâce à leurs frère. Allier prière et montagne à leur suite, voilà ce qui m’attirait d’autant plus qu’on ne peut rester indifférent face a la souffrance dur d’un ami…. Un weekend que je ne suis pas prête d’oublier ! J’ai découvert un groupe de jeunes animés d’un dynamisme peu commun et réellement porteur d’Espérance. Je les en remercie car c’était sans doute pour moi le meilleur moyen d’aller à la rencontre de ses deux frères dont le départ est un profond mystère… à travers l’amour de la montagne que je partage avec eux et la fraternité qui faisaient avancer notre cordée il me semble quelque part avoir fait leur connaissance.
Sur le glacier une longue chaîne montait, chacun portant sa propre peine et le bonheur d’être là si intense. En montagne la messe dans cette cathédrale de neige est un moment que j’ai trouvé particulièrement beau. Elle est l’image même de cette citation de John Muir que Pierre aimait «I would rather be in the mountains thinking of God than in church thinking of the mountains! Aujourd’hui je me la remémore souvent et elle me garde fidèle au sens de la vie qui m’est donnée.
Dieu je le crois a choisi Pierre et Charles afin qu’ils guident ces jeunes qu’il aime sur les pentes de sa Miséricorde. Je ne puis que rendre grâce d’avoir pris part à cette aventure qui commence !

Un participant a un WE au Grand Paradis, 21-22 mai 2016

Une ambiance «Pierre et Charles» !

Dès les premières minutes du week-end le groupe était dans une ambiance « Pierre et Charles » : départ pour l’Italie depuis Chambéry 230 km, 20 participants 20 paires de ski, crampons, piolets, 15 baudriers, brosses à glace et deux voitures neuf places ! Arrivés au parking nous commençons notre aventure par une messe avec bouquetins, verdure et soleil au rendez-vous, cadre Pierre et Charles mis en avant, hôtel en neige, toit de l’église bleu turquoise, mur blanc, magnifique chorale, servant de messe… célébrée par le père Craplet, fil rouge de nos week-ends car sans l’eucharistie le weekend n’auraient aucun sens. Six heures départ de la team Pierre et Charles pour le sommet en commençant par 30 minutes de silence pour écouter la nature silencieuse et contempler cette immensité de glace et de neige qui nous entoure. Puis nous arrêtons notre ascension vers 3800 m à cause du mauvais temps et nous redescendons pour célébrer la messe du dimanche.

Ce qui me touche le plus lors de nos weekend ce sont ces messes dans un cadre aussi magnifique : quoi de plus beau que de commencer notre journée par célébrer l’eucharistie au beau milieu de notre « maison commune » comme l’appelle le pape François et de la terminer par la prière du soir dites sous le regard de dame nature et d’un merveilleux coucher de soleil. Silence, messe, prière, nature, effort physique, immensité, fraternité, jeunes connaissant Pierre ou Charles et jeunes venant pour les découvrir, foi, joie et amitié voilà ce qui pour moi fait la réussite de ce weekend à l’image de Pierre et Charles !

Un participant a un WE au Grand Paradis, 21-22 mai 2016

Une Cordée ..en mer !

Quelle joie d’avoir participé à ce weekend ! Quelle joie d’avoir navigué à la voile vers l’île de Porquerolles, île ou plusieurs fois Pierre et Charles ont accosté et séjourné. Fort Saint Agathe, moulin du bonheur, soleil couchant sur le port et la côte - circuit classique. A cette époque de l’année l’atmosphère est accueillante, le village calme et serein, la riche végétation s’endort pour l’hiver.
Quatre voiliers, tels quatre équipages scout, ce sont formés pour atteindre cette île, petit avant-goût du paradis et c’est tout naturellement et simplement que le talent de chacun s’est mis au service des autres : celui qui chante qu’il fasse chanter ! Le musicien accompagne messe et prière avec son instrument, celui qui navigue mène son équipage dans des eaux sures, le montagnard fait office de vigie en haut du mât, le cuistot se fait garant de la bonne nourriture, le blagueur assure la bonne ambiance même quand la mer est un peu agitée, le plus discret rend service sans que l’on s’en aperçoive. Alors que la vie en communauté aurait pu être difficile dans cet espace restreint il n’en a pas été ainsi grâce au talent de chacun.
Quelle joie d’avoir pu participer à une messe face a la mer, au coucher du soleil et au lever des étoiles deux petits oiseaux des mers virevoltaient avec la simplicité et légèreté lors du chant d’envoi à Marie… «l’étoile de guide, les ailes te portent, la couronne t’attend ». Un temps de prière, de chants et de confessions a aussi été proposé à ceux qui le souhaitaient dans la petite église de l’île Saint Agathe: de quoi bien préparer nos âmes pour l’Avent. Pèlerinage sur les traces de Pierre et Charles, ce weekend a été un bon moment en mer, rires et partages entre amis, sans calculs, ressourçant, sans pression du monde.

A nous de propager après notre accostage dans le monde cette joie dans notre travail, dans nos amitiés, dans notre vie !

Une jeune, premier WE Pierre &Charles… en mer (Porquerolles)



Ils nous aprennent que la sainteté réside dans la fidélité à des choses toutes simples


J’ai eu la joie de participer pour la première fois un weekend Pierre et Charles à Bandol. J’ai été particulièrement touchée par l’esprit fraternel qui régnait pendant ces quelques jours. Tout se déroulait avec une grande simplicité, les skippers avaient une réelle volonté de transmettre leur amour de la voile et cela a créé une belle cohésion sur les bateaux : chacun compte pour les manœuvres ! J’ai pu lire en mer le témoignage sur les jumeaux dans le livre « prophètes de la joie » de Daniel-Ange. Sans les avoir connu personnellement, Pierre et Charles me semblent nous apprendre que la sainteté réside dans la fidélité à des choses toutes simples: le Christ nous ouvre à sa vie, nous apprend à aimer et servir ceux qui nous entourent,… le Ciel commence maintenant

Une jeune, retour du WE voile.



Retour d’un WE "Cordée Pierre & Charles":  «quelque chose est venu remplir ma Foi » 

"La montagne, ce haut lieu de rencontre entre le ciel et la terre. Signe de la rencontre entre Dieu et les hommes." 
Par sa nature grandiose, Dieu s'exprime comme s'il nous révélait un bout d'éternité. 
On n’y loupe pas, à chaque fois, ces sommets enneigés réveillent nos âmes, comme un appel à s'envoler pour rejoindre la cime éternelle. 
Ce weekend encore plus, quelque chose est venu remplir ma Foi. 
L'exemple de Pierre et Charles, que je ne connaissais pas encore, leur jeunesse, leur fougue et leur désir de Dieu en font de vrais modèles, venus raviver un idéal parfois délaissé. Vous, ses amis, rendez possible le témoignage de leurs vies et c'est toute la beauté de l'héritage qu'ils vous laissent : une amitié vouée à l'éternité, féconde et toute tournée vers Lui. J'ai envie de dire, avec Dom Aubourg : 
  
"Ils ne sont pas loin, 
ils sont nôtres tellement mieux, 
et je dirai davantage. 
Ils ont emportés un peu de nous-même dans leur monde, 
et ce peu grandira au point qu'un jour, 
il nous y fera basculer nous aussi." 

D’une jeune au retour d'un WE dans les cimes, mars 2017 


La Cordée Pierre & Charles - Restauration d’une Madonne au sommet de la Grande Sassière, 3751m (Savoie) 


Nous sommes le dimanche 3 septembre 2017 et il est à peine 6 heures du matin. La vierge attend d’être accompagnée (…) 
Il fait encore nuit, et le froid mord sèchement au travers d’un brouillard humide et dense (…) nous sommes au poste-frontière du royaume des hauteurs. C’est le commencement de l’alpage sauvage. Dans l’obscurité, on peut deviner plusieurs géants sombres et endormis, saupoudrés d’une fine couche blanche et encore environnés de nuages aussi gris qu’épais. Les loupiotes frontales s’agitent, quand les phares des voitures s’éteignent. Un brouhaha s’élève doucement. Nous sommes là, cent, prêts au départ vers le pic, venus pour la Vierge, suivant le Christ, mais comme aspirés et inspirés par deux jeunes montagnards, Pierre et CharlesEt par leur exemple. Peu, sur le nombre, les connaissaient personnellement. Peu d’entre nous gravirent des sommets en leur compagnie. Mais tous ont ressenti, à l’occasion de rencontres ou de témoignages, l’importance de se joindre à cette cordée. Tous ont compris que deux intercesseurs passionnés travaillent pour nous depuis l’éternité, et que les suivre, c’est suivre le Christ, et chercher leurs traces dans les montagnes alpines, cairn après cairn, depuis les dômes de Miage jusqu’à la Grande Sassière, en passant par la Haute-Maurienne,la Chartreuse et le GranParadiso, c’est chercher la Vérité dans nos vies. 


Une longue file de montagnards, serpentant autour et par-dessus les contreforts verdoyants de la montagne, prisonniers d’une fine dentelle de glace, s’enfonce maintenant sans bruit dans un nuage. … Le jour se lève doucement sur l’herbe gelée. Puis, l’ascension reprend un peu plus enjouée(…) 

La troupe n’a l’air de rien, hétéroclite.... L’alpiniste chevronné côtoie le citadin paumé, ou le marin désorienté. La plupart ne connaît pas le quart de ses voisins. Mais ce qui nous réunit est tellement beau ! Et la grâce nous entraîne, nous donnant une envoûtante et étrange impression, de participer, tel un ange, à l’Assomption…Les pieds dans la neige fraîche, la tête dans le ciel, baignée par des flots impétueux de soleil (…) 

[Apres le sommet et la dépose de la Madonne] La cordée se regroupe progressivement au niveau du col (..) . La vue ne cesse de changer pour s’embellir en même temps qu’elle s’emplit de lumière au gré du mouvement capricieux des quelques nuages. Ici, l’Italie, là-bas, la Grande Casse, de l’autre côté, le Mont Blanc et ses compagnons, plus bas, Tignes 1800 et le lac. Le mont Pourri semble proche. Au loin, les sommets des Ecrins brillent comme des joyaux. (…) . La messe commence.. face à l’immensité, nous nous recueillons, et demandons pardon… Le Christ vient alors, et se fait chair au milieu des montagnes, cairn vers le sommet, Chemin, Vérité et Vie. Elle clôt l’aventure, et nous renvoie en mission, dans les vallées, les villes, dans nos emplois ou nos facultés, et dans nos vies. 

« Verso l’alto ! » 

Extrait du récit d’un jeune participant à la Cordée, septembre 2017




---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je me suis demandée ce qu’auraient fait Pierre & Charles à ma place!

Merci de faire goûter à la lilloise que je suis, la haute montagne savoyarde et qui sait, peut être un avant-goùt du paradis où Pierre et Charles nous attendent prêts à nous accueillir ! 
Je souhaite aussi vous faire part de mon petit témoignage car il est tout particulièrement relié à Pierre et Charles que je n’ai pas eu la chance de connaitre sur terre. On m’a proposé il y a plusieurs mois de faire cette randonnée avec quelques amis. J’ai rapidement accepté ne sachant pas très bien à quoi cela m’engageait (mais la montagne avec des amis c’est toujours cool)… La semaine juste avant le départ, j’étais de plus en plus inquiète par rapport à ce we pour différentes raisons : beaucoup de personnes que je ne connaissais pas (je suis assez réservée), le refroidissement du temps (je déteste les températures négatives), et la grande marche (je ne suis pas hyper sportive). Bref, pour ces différents raisons, je me disais de plus en plus que je ne ferais pas cette rando, que c’était même irresponsable de la faire. Comme je ne prends jamais de décision sur un coup de tête, la veille du départ pour Tignes, je suis allée revoir la page FB de la cordée, puis je suis finalement tombée sur la site où j’ai vu la vidéo des derniers instants de P&C qui m’a profondément émue. Je me suis demandée alors ce qu’aurait fait P&C à ma place. A travers ces belles photos de montagnes, je me suis rendu compte qu’ils avaient le goût du risque et qu’ils auraient certainement osé faire ce pèlerinage malgré leurs peurs. J’ai dit alors : « Ok, Seigneur, j’y vais mais j’aimerai juste que tu me rassures et que je ne me trompe pas en allant à ce we. ». La réponse ne s’est pas fait attendre, le lendemain à la messe l’homélie du prêtre était… sur le goût du risque ! A travers ce we j’ai pu faire connaissance et me lier d’une amitié toute particulière puisque essentiellement spirituelle avec Pierre et Charles qui m’ont bien accompagnés de là où ils sont !

Une jeune participante de la Cordée

Avec Daniel-Ange... l’impression d’être comme au temps du Christ! 

Quelle chance incroyable nous avions d’avoir le Père Daniel-Ange pour nous 30, quel immense cadeau nous recevions: il arrivait tout juste de Naves où il s’était recueilli sur la tombe de Pierre et Charles. Tous assis en cercle autour du Père, dans la quasi obscurité de cette immense yourte sombre, la fumée s’élevait par un puits de lumière au centre - le Père nous montrait toutes ces croix, icônes et autres objets qu’il avait avec lui ;-) et nous parlait notamment de la jeunesse et de son livre que je venais de terminer de lire… j’aurais pu l’écouter des heures entières avec l’impression d’être comme au temps du Christ ! 

Belles surprises aussi lors de la randonnée du lendemain car au sommet nous attendait le Mont Blanc. Ce fut un très bon weekend, par tous les échanges et ces beaux moments de rencontre que nous avons eu. 

La présence du père m’a évidemment beaucoup marqué car j’en avais beaucoup entendu parler … quand il est parti il agitait sa main à la fenêtre de la voiture et ce jusqu’au bout alors que nous-mêmes nous ne pouvions que le deviner à travers l’allée d’arbres... Infatigable !

Un participant à un WE au Reposoir

Pierre & Charles sur Facebook: Pierre & Charles
Vous pouvez envoyer votre témoignage  par email à l'adresse temoignages@pierreetcharles.fr