Témoignages d'amis de Pierre

Témoignage du père Grosjean lors de la messe d'enterrement: Un témoignage pour Pierre


"C’est surtout lui qui intercède maintenant pour nous"
 
« En vivant avec Pierre, nous avons eu la chance de partager sa joie de vivre et tous ont reconnu en lui son sourire communicatif, sa sincérité et sa franchise qui ont permis d’instaurer au sein du foyer une confiance et une joie fraternelle. 

J’ai eu la chance d’être le témoin d’une autre forme de joie chez Pierre, celle qu’il a reçu après sa retraite spirituelle à l’abbaye d’Hautecombe il y a un an exactement. Il a pu expérimenter de Dieu son vrai visage, un amour qui n’attendait rien de lui mais qui voulait s’offrir gratuitement. A sa joie naturelle s’est alors ajoutée cette joie encore plus forte de se savoir aimé de Dieu inconditionnellement. 

Je crois profondément que si nous portons Pierre dans notre prière, c’est surtout lui qui intercède maintenant pour nous. Malgré la douleur et l’incompréhension face à sa soudaine disparition, j’ai l’intime conviction que Dieu va faire de cet évènement un fruit d’amour et de salut pour ses parents, ses frères et sœurs et ses amis.» 

 
 Un ami de Pierre du foyer du Chemin Neuf

"Il était toujours disponible pour aider les autres"
 
« Pierre c'était "le parisien", je n'aurais jamais imaginé qu'il puisse être autant passionné de montagne et surtout être si doué. On a beaucoup partagé, parlé des courses qu'un jour nous pourrions faire ensemble. Pierre c'était un gars sur qui on pouvait toujours compter. Il était timide mais une fois qu'on l'avait découvert on pouvait tout partager avec lui. Venant de Chamonix et d'un lycée montagne nous avions la même passion, nous sommes donc très rapidement devenu proche.
J'ai quelques photos d'une sortie en montagne que je vous joints à mon témoignage; mais les plus belles ce sont Pierre qui les avaient prises avec son appareil photo. Il ne le quittait jamais en sortie; c’était un très bon photographe. Je n'ai par ailleurs pas de photo de Pierre ou nous faisions les "cons" en cours a Polytech car Pierre ne faisait jamais le con en cours, il était sérieux; c'était le sérieux de la bande. Jamais absent, toujours concentré.

Je me souviens d'après midi chez moi sur ma table de cuisine ou nous révisions ensemble avant les partiels. Il était toujours disponible pour aider les autres et pour travailler en groupe. 
J’ai une petite anecdote sur notre année à Polytech qui me fait beaucoup rire encore aujourd’hui. L’année dernière Pierre s’était mis à l’escalade, il y allait tous les midis. A midi pétante je le voyais en partir en courant comme un « fou » chercher son vélo pour partir grimper. A 14h c’était la meme chose dans le sens inverse, on le voyait arriver devant Polytech en pédalant à toute vitesse pour surtout ne pas être en retard en cours. Quand vous saviez ou il était allé vous pouviez comprendre, mais les autres élèves qui ne savait pas qu’il allait grimper ne devait surment pas comprendre pourquoi il partait et revenait à cette vitesse ! »

Un ami de Pierre, Grenoble


"Une joie calme et tenace"

Pierre n'était pas qu'un ami, il était aussi un repère tranquille et rassurant à l'école. Je me souviens d'un jour où je rentrais à pied de Polytech, plongée dans mes pensées. Pierre m'a doublée en vélo, il m'a saluée et s'est retourné pour me sourire. J'ai eu peur que son vélo quitte la route, mais il voulait que je le reconnaisse!
Je me rappelle aussi le repas simple que nous avons partagé chez lui, alors que je venais voir son coloc. Pierre revenait de l'aumônerie avec sa guitare, heureux d'avoir servi, heureux de rentrer, de retrouver un appartement calme et des amis.
C'était bien Pierre : la simplicité, une joie calme et tenace. Calme parce que profonde, sans doute.
Nous avons réfléchi ensemble sur le texte "Veillez et priez, car vous ne connaissez ni le jour ni l'heure". Tu ne t'attendais sans doute pas à partir si vite, Pierre, mais tu t'y préparais avec une petite crainte... mêlée d'une grande joie !
Aide-nous à te suivre avec la même confiance sur ces pistes d'espérance.


                                                                                     Une amie de Polytech

 
En septembre nous avons monté un groupe de méditation autour de l’évangile du dimanche à Polytech, la « frat’ ». Nous nous retrouvions
le mardi midi. Là, autour de la bible nous partagions notre Foi, heureux de pouvoir glisser une petite présence chrétienne dans l’école, et surtout heureux de pouvoir nous aider par nos réflexions à grandir dans la foi. 


Deux anecdotes m’ont marquées : la première, un jour où le soleil brillait, à peine rentré dans la salle où nous étions, Pierre se dépêche d’aller ouvrir les volets pour voir la montagne qu’il aimait tellement ! Son sérieux et son sens du don m’ont aussi marqués : un jour il nous a racontés qu’il préparait une randonnée en montagne pour un de ses amis, mais qu’il n’allait sûrement pas pouvoir y aller puisqu’il devait travailler. 


Au cours de ce début d’année les discussions ont souvent tourné autour de comment vivre sa foi à l’école ? Dans sa vie de tous les jours ? Dans telle ou telle circonstance ?. Pierre cherchait vraiment à mettre Jésus à la première place et à vivre en cohérence avec sa foi de catholique. 

Ce qui me donne le plus d’espérance quant à sa place maintenant est la discussion que nous avons eu au cours d’une des dernières « frat’ » avec lui, en début d’Avent. Nous parlions de ce temps de préparation à Noël pour savoir comment le vivre et surtout quel est son sens. Une des réflexions de Pierre me l’a tout simplement fait comprendre : ce temps est un temps de conversion pour arriver au sommet de sa foi le jour de Noël. Pierre vivait cette démarche dans sa vie de tous les jours, et plus particulièrement en ce temps de l’Avent. 

Pierre, tu es parti la veille
de Noël, et tu te préparais à accueillir l’Enfant de la crèche dans ton cœur avec une foi renouvelée. C’est Lui qui t’a accueilli, et qui t’a pris dans
ces bras, toi qui préparais ton âme avec soin depuis quelques semaines. 


Mardi, première « frat’ » depuis que tu es monté plus haut que les sommets enneigés, nous t’avons confié notre « frat’ ». Tu étais un étudiant comme nous, vivant de ton mieux ta foi au quotidien. Sois pour nous un exemple et aide-nous depuis le Ciel. Aide nous dans nos études, dans nos engagements, dans la vie de tous les jours. 


Merci Pierre pour ton sourire, ta générosité et ton engagement. Merci pour le témoignage vivant que tu as été. 


Guillemette, « respo frat’ » de Polytech 


"C’est fou la joie qu’ils sèment encore entre nous"

Pierre avait repris l'animation d'un groupe de 3eme de l'aumônerie de Grenoble… Je sais que Pierre avait vraiment plaisir à préparer ces séances, à partager et faire découvrir aux jeunes toutes ces choses qui lui tenaient vraiment à cœur, la Foi, la Prière, la recherche de Vérité et d'Amour vrai...et il avait bien des projets pour la suite encore dans cette optique-là! 

Lors de nos nombreuses discussions, nous avions une fois parlé du fait que "nous sommes tous appelés à devenir Saint"…Je lui avais demandé ce que cela signifiait pour lui, le sens qu'il mettait derrière! Voici ce qu'il m'avait répondu:
« C’est faire la volonté de Dieu, comprendre que nous sommes fait pour Aimer et donc mener notre vie dans ce sens-là. Concrètement, c’est faire le bien autour de nous, c’est témoigner de la joie, de la joie d’être chrétien !»
Quand je relis cela maintenant, à la vue de ce qu'il vivait, …, des nombreux témoignages à son égard, pas de doute qu'il cheminait sur un beau chemin de sainteté, en toute simplicité, mais vers l'essentiel!
...Il y a encore tellement à partager à propos de Pierre et Charles et de ce qu'ils laissent derrière eux, tellement à construire dessus, construire quelque chose de vraiment Beau!
… (Avec des amis), nous sommes allés à la montagne de Sainte Victoire, c’était un peu comme si Pierre et Charles étaient là également et c’est fou la joie qu’ils sèment encore entre nous !

Une grande amie de Pierre
 
 


Scouts nous l’étions…mais pas de la même famille: Pierre ne s’est pas arrêté à cet a priori.

J’ai rencontré Pierre par l’intermédiaire d’un ami commun qui était tout content de nous présenter comme scouts. Scouts nous l’étions…mais pas de la même famille, lui scout d’Europe, moi scout de France. Pierre ne s’est pas arrêté à cet a priori et trois semaines plus tard, il me débauchait pour une sortie scoute en commun.

J’ai apprécié l’intelligence de Pierre et sa capacité d’organisation dans le travail. Il avait un esprit de coopération. Il nous arrivait d’être ensemble pour réviser, de craquer …et de partir grimper. Je me rappelle qu’on riait bien aussi. Il faisait des imitations. Et entre nous, on utilisait beaucoup l’autodérision.

Une chose qui m’amusait beaucoup était le coté malicieux qu’il mettait en œuvre pour économiser …je crois que tout ce système d’économie était destiné à la montagne, pour lui et pour ceux qu’il accompagnait: s’équiper de plusieurs baudriers, de plusieurs systèmes de balise…

J’étais heureux de venir à Grenoble pour la montagne : Pierre me l’a faite découvrir. Par-dessus tout, il aimait partager ses passions, comme il aimait donner aux autres: Au festival de la montagne quand on se servait de posters, il n’en prenait pas un mais 4 à 8...qu’il distribuait ensuite à tout son foyer !

Une fois dans la nature, le visage de Pierre s’illuminait vraiment. En montagne Pierre était heureux, il riait, il entrainait. Avec lui, on y vivait trois journée en une. Comme au scout. Son énergie débordante était communicative. Il était tellement actif que c’est comme s’il avait eu cinq vies ! Aux premières chutes de neiges de cette année, je repense à la sortie en ski de rando que nous avons organisée entres les cours. On a passé la nuit en refuge alors qu’on était en pleine semaine…Il avait tellement de projets.


Et surtout…

C’était un ami rigoureux, sérieux en montagne, une personne sur laquelle on pouvait compter, en qui on avait pleine confiance. Il était souriant, constant dans son humeur, respectueux de sa ligne de conduite. Il écoutait quand on lui parlait. Il avait cette capacité à ne pas juger et à donner envie de le suivre. Il s’exprimait avec tellement de justesse et de vérité. Avec lui, on pouvait discuter, se confier, partager.

Il n’avait pas besoin d’artifice pour être lui-même. Il avait confiance en lui, il se savait aimé de Dieu. Il avait une vraie vie spirituelle.

Il m’a donné une vraie leçon de vie.

Lettre d'’un ami de Polytech - extraits.



L’ami fidèle, « Grain de blé qui tombe en terre »

Pierre faisait partie de mes très bons amis. Je l’ai connu à mon arrivée au lycée. Pierre l’ami fidèle avec qui j’ai tant partagé de choses…les cours, le lycée, les soirées, le groupe de prière Totus, les « lundi soir » auprès de l’association Musique & Handicap …. Pierre le montagnard qui m’a fait faire mon premier sommet a ski. Pierre c’est aussi lui qui m’a fait découvrir A Bras Ouvert, association dans laquelle je me suis investie l’année dernière, et qui m’a conduit au foyer de personnes handicapées en Inde dans lequel j’ai été 5 mois et demis …

C’était un garçon profond, exigeant, droit, pur, volontaire, humble, généreux, sensible et indépendant. Un garçon qui donne envie de le suivre, en qui l’on a confiance. Un ami qui me tirait vers le haut. Je tenais à vous remercier pour Pierre & Charles, ces modèles que vous nous avez offerts. Merci aussi pour cette belle veillée de prière et la magnifique messe d’enterrement, qui m’ont beaucoup apaisée. J’imagine que vous saviez que le chant « Grain de blé qui tombe en terre » était l’un des préférés de Pierre : je suis sûr qu’il aurait aussi choisi ce chant ! Pierre et Charles sont aujourd’hui dans la Vie. Ils nous attendent et veillent sur nous.


Lettre d' une amie de Pierre - extraits



Un modèle d’humilité, de douceur et de joie.

Je voudrai par ce petit mot rendre hommage à l’homme que Pierre était et sera toujours dans ma mémoire. Pierre était un ami précieux, simple et à l’écoute des autres. Plein de joie et de bonne humeur, il rayonnait de l’amour de Dieu et savait partager cette joie autour de lui. Je voulais vous remercier vous, sa famille qui l’aviez entouré d’amour, cet amour qui transparaissait sur son visage et nous illuminait tous. Pierre restera pour moi un modèle d’humilité, de douceur et de joie. Il m’aide a avancer chaque jour pour devenir meilleure et me rapprocher de Dieu. Merci pour votre fils.


Lettre d'’une amie de Pierre